Sujets de mini-projets CEIHM

Table des matières

Etude et développement d’un système pour la signalisation et la visualisation d’incidents.

Contexte :

Certains événements de notre quotidien sont tellement remarquables qui l’on a souvent envie de les partager avec d’autres personnes. Par exemple, un départ de feu en forêt, un objet trouvé et/ou emprunté dans un bureau, l’observation d’animaux migratoires, un lampadaire cassé, un nid de poule sur une voie, un nid de guèpes ou de frelons, les soins médicaux dispensés à une personne, etc. Ce type d’événement que l’on appelle incident quand il est peu ordinaire est perçu par les individus comme une atteinte à l’aménité[1] de leur environnement[2].

Un incident est souvent un événement temporel (ex. quand il a eu lieu, possiblement avec une durée, etc.) associé à une information spatiale (ex. géolocalisation, adresse postale, lieu remarquable, etc.). A noter que l’incident peut être mobile (ex. un chien errant) et/ou signalé dans un contexte de mobilité (ex. signalement d’un nid de poule aperçu pendant un déplacement en bus). De la même façon, l’incident peut être signalé au moment où il se produit (signalement synchrone) ou plus tard (asynchrone) selon la convenance de l’utilisateur. Le signalement d’incident peu répondre à plusieurs types de besoin comme par exemple recenser des informations (non attendues, rares et/ou insolites), fournir une entrée pour demande de réparation, informer sur l’état de l’environnement, etc.

De façon très générique, les applications de gestion d’incident recouvrent (souvent) les tâches décrites dans le tableau 1.  Cependant, le type d’incident, la nature des données collectées et le contexte d’usage changera forcément selon le domaine d’application. Par exemple, un incident du type « nid de poule sur la route » peut être déclaré de façon anonyme, avec une adresse approximative (ex. « … perçu sur la route de Narbonne proche de la fac… »), et de façon asynchrone (ex. après avoir garé la voiture). En revanche, un incident du type « prise de température du patient » n’a pas de valeur s’il n’est pas accompagné de l’identification exacte du patient (et possiblement de la personne réalisant les soins) et du moment de la prise. A noter qu’un incident « nid de poule » a une vocation à être partagé que ce soit avec l’autorité responsable pour la réparation (ex. la municipalité) et/ou d’autres citoyens qui prennent la même route. En revanche, la « prise de température » peut être une donnée personnelle sensible et à ce titre, elle n’est partageable qu’avec l’équipe de soins du patient. De façon similaire, le choix de la technologie (ex. mobile, Web, embarqué, IoT) dépend du contexte d’usage dans lesquelles s’effectuent le signalement et la visualisation d’information.

 

Tableau 1 : Tâches (génériques) liées au signalement et la visualisation d’incidents.

Signalement d’incident a) identification de l’incident par un individu ;
b) description de l’incident ;
c) partage de l’information avec d’autres individus.
Visualisation d’incident d) suivi de l’évolution d’un incident en particulier ;
e) visualisation (voir monitoring) de tous les incidents intéressants (recherche par zone géographique, type, etc.)
f) juger de la pertinence d’un incident signalé par une autre personne.

Cahier des charges :

Le projet peut porter sur deux types d’application : soit un outil de signalement d’incident (tâches a-c du tableau 1) ou bien un outil de visualisation d’incidents (les tâches e-f du tableau 1).  Peu importe l’outil choisi, le projet doit couvrir deux étapes, chacune donnant lieu à des livrables bien spécifiques, comme suit :

ETAPE 1 : Analyse et maquettage. Livrables attendus : présentation du domaine d’application ; analyse et description du contexte d’usage ; identification et modélisations des utilisateurs ciblés ; recueil et analyse de besoins utilisateurs ; proposition des plusieurs solutions de design (maquettes de basse fidélité) qui pourraient convenir.

ETAPE 2 : Développement et évaluation. Livrables attendus : à partir des maquettes proposées justifier le choix du design final et de la technologie choisie pour l’implémentation ; le code source et l’exécutable du prototype fonctionnel ; évaluation du prototype fonctionnel avec un panel d’utilisateurs dans le profil d’utilisateurs ciblés.

Le domaine d’application n’est pas imposé ici, mais suggéré pour des incidents concernant :

  • Les dégradations de milieux urbain (ex. chaussée, mobilier, etc.)
  • Sur les voies (ex. accident de voierie, bouchons, mauvaise conduite de chauffeurs, etc.)
  • Soins à la personne (ex. suivie en milieu hospitalier, personnes âgées à la maison, etc.)
  • Observation dans la nature (ex. oiseaux et/ou d’autres animaux migratoires, relevés de plongées sous-marines, recensement de plantes sauvage, etc.) ;
  • Identification des objets volés, perdus, empruntés, etc.
  • Chantier de construction (ex. arrivée/départ des équipes, matériaux, équipement, etc.)

Observations :

  • Il est souhaitable (mais pas obligatoire) d’avoir pour chaque domaine d’application un groupe qui s’occupe de l’outil signalement d’incident et un autre groupe qui fait l’outil de visualisation correspondant.
  • Si deux groupes choisissent le même outil (ex. signalement d’incident) et le même domaine d’application, il faut absolument que la technologie choisie soit différente (ex. Web versus mobile embarqué).

[1] Le concept d’aménité est défini par la psychologie de l’environnement qui évoque les aspects (ou qualités) agréables de l’environnement ou de l’entourage social, aspects qui ne sont ni appropriables, ni quantifiables en termes de valeur monétaire.

[2] L’environnement n’est pas ici considéré comme un simple décor environnant l’individu ou le groupe, ni même uniquement comme source de services écologiques, mais pour ses aménités et aussi pour les peurs inconscientes qu’il peut susciter (ex. peur du loup, peur du noir, peur du sauvage et de l’incontrôlé…). L’environnement n’est pas uniquement composé d’éléments matériels : l’individu y est continuellement présent que ce soit de manière effective ou virtuelle.

Affectation des sujets  2016-2017

Thématique no 1 Santé

Maladie d’Alzheimer

La collaboration entre Polytech et le centre d’accueil de jour d’Alzheimer de Biot – Fondation GSF JL Noisiez (http://www.accueil-alzheimer.fr/)  amorcéeil y a 2 ans nous déjà a permis de faire plusieurs propositions pour aider les patients, les familles et le personnel soignant.

Un bilan avec le centre d’accueil  nous conduit  à poursuivre ce travail selon deux axes principaux:

  • S’adresser principalement aux animatrices d’ateliers du centre en leur fournissant une aide sur deux aspects : personnalisation des applications et capitalisation des informations.
  • S’adresser aux patients Alzheimer en étudiant et concevant  des applications utiles style serious games pour faire fonctionner leur mémoire et conserver le plus longtemps leurs capacités  (repérage, vie quotidienne, …).

Vous pourrez regarder les projets des années précédentes.

Jeux  Les pièces de la maison

Un des problèmes des personnes atteintes d’Alzheimer est d’associer correctement les objets ou les actions de la vie quotidienne au lieu et/ou pièces de la maison.

Par exemple : Où trouve-t-on les couteaux ?, Où range-t’on la brosse à dents ? Dans quelle pièce préparons nous le repas ?

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Ce qui vous est demandé est de proposer une représentation des pièces de la maison, des objets et des actions du quotidien de sorte à pouvoir facilement faire des associations ou détecter des erreurs de positionnement.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Quelles sont les idées simples qui vont permettre de façon ludique aux patients de conserver de bonnes habitudes et de bons usages au quotidien ?
  2. Comment informatiser ces types de jeu ?
  3. Quels sont les bons choix de représentation et de navigation ?
  4. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  5. Quel est le meilleur device pour cette activité.

G1 :  [20162017ceihmgr1] Lucas SAUVAGE*, Chloé GUGLIELMI, Shafiq Daniel BIN SBARI, Pierre MASSANES et Lena GUMERY (E)

Jeux  « Ta famille et toi »

Un des problèmes pour les personnes atteinte d’Alzheimer et leur famille est qu’elles finissent progressivement plus reconnaître les membres de leur famille même les plus proches.

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre et des membres de leur famille.

Ce qui vous est demandé est de proposer un ou des jeux qui permettent aux personnes de se souvenir de leur famille à partir de photographies.

Vous pouvez vous inspirer des jeux pour enfants par exemple.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Quelles sont les idées simples qui vont permettre de façon ludique aux patients de se remémorer les membres de leur famille : leur prénom, les liens de parentés, leurs activités préférées, l’endroit où ils vivent, comment les contacter…
  2. Comment informatiser ces types de jeu ?
  3. Quels sont les bons choix de représentation et de navigation ?
  4. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  5. Quel est le bon support technologique pour le centre ?

G2 : [20162017ceihmgr2] Meriem CHEBAANE, Eslam HOSSAM*, Julien ANDRE et Amandine BENOIT (E)

Thématique no 2:  Et pour le département ?

Dashboard d’exploration du réseau hors – France

Votre principal interlocuteur sera le responsable des relations avec l’étranger.
Les tests utilisateurs seront fait avec des étudiants concernés, partant ou étant partis à l’étranger.

L’idée est d’améliorer les échanges entre les étudiants à l’étranger et les enseignants et de capitaliser un maximum d’informations pour améliorer les expériences à l’étranger dans l’avenir.

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :
1.    Comment localiser les étudiants à l’étranger ou a les anciennes localisations ?
2.    Comment faciliter la mise en contact via la plateforme ?
3.    Comment voir les informations descriptives utiles déjà postées ?
4.    Comment voir les questions qui ont déjà été posées à la personne ?

Vous pourrez partir d’une première étude :
http://atelierihm.unice.fr/enseignements/category/2014-2015-ceihm-gr10/

G3 : [20162017ceihmgr3] Sofiane NAIT OUSLIMANE*, Johann ALLENA, Jean-Baptiste DRAVER et Maëva FRANÇAIS (E)

Le campus du futur

L’idée est d’imaginer le Polytech interactif, qui interagisse avec votre smartphone en fonction de bornes ou d’écrans placés à des endroits stratégiques.Un exemple applicatif pourrait être une journée Porte Ouverte de découverte du Campus.

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :
1.   Quelles informations utiles diffuser ?
2.   Quelles interactions avoir ?
3.    Quelle zone (accueil bâtiment Est, bâtiment Ouest, cafet étudiante, étages enseignants…)  , quel matériel (borne, écran tactile, grad écran de diffusion, autre…), quelle information (plan dynamiques, information de la journée…), Quelle interaction (transfert sur smartphone, voix,…) ?

G4 : [20162017ceihmgr4] Alexandre CAZALA, Nicolas LECOURTOIS, Fabien VICENTE, Théo DONZELLE* et Julien CARBUCCIA (E)

G5 : [20162017ceihmgr5] Thomas CLOP, Zhengqin YAN, Thibaut SORIANO*, Cédric LALLEMAND et Jessica SOMMIER (E)

G6 : [20162017ceihmgr6] Lisa JOANNO, Antoine ROLLIN*, Simon PARIS, Arnaud GARNIER

Thématique no 3 : Imaginez le quotidien du futur

Interfaces de communication entre conducteurs

En 2011, un « geek bricoleur » a proposé un dispositif LED permettant d’afficher un message aux voitures qui nous suivent. Cette solution a été présentée ainsi sur Internet :

« Quand vous conduisez, n’avez-vous jamais eu envie d’expliquer au mec qui vous suit que ça ne sert à rien de vous coller aux fesses alors que vous roulez à 130 km/h sur l’autoroute !?!? Un geek bricoleur en a eu aussi un peu marre des conducteurs du dimanche, et il a décidé de fabriquer un panneau à LED pour sa vitre arrière, afin d’envoyer des messages aux voitures derrière lui. » (Source : https://www.nikopik.com/2011/10/afficher-un-message-avec-des-led-aux-voitures-derriere-vous.html).

L’objectif du présent mini-projet est triple :

  1. évaluer la solution proposée par le geek bricoleur et les solutions similaires qui ont pu être proposées depuis 2011… ou avant ;
  2. reconcevoir les interfaces proposées afin de mieux répondre aux besoins des conducteurs concernés (le conducteur de la voiture émettant le message et le conducteur du véhicule suiveur ou des véhicules suiveurs) ;
  3. concevoir et évaluer une interface à l’intérieur du véhicule suiveur permettant au conducteur de ce véhicule de communiquer avec le véhicule qui le précède et de répondre en particulier au message affichée par ce véhicule.

G7 :  [20162017ceihmgr7] Florent GOUMOT-LABESSE*, Bénédicte LAGOUGE, Corentin HARDY, Hanane CHTTOU EL MALHI et Sarah ESCAICH (E)

G8 : [20162017ceihmgr8] Maylanie MESNIER*, Anthony SARAIS, Nicolas FORGET, Feng DING et Alice-Anne FOISSY (E)

G9 : [20162017ceihmgr9] Manuel PAVONE*, Vincent FORQUET, Yann GUIDEZ, Dorian BLANC et Pauline GANGLOFF (E)

Interface de visualisation des émotions lors de débats en ligne

Votre principale interlocutrice sera Serena Villata (Inria-I3S, Equipe Wimmics), chercheuse CNRS, informaticienne spécialiste de l’argumentation.

Ce mini-projet est proposé dans le cadre d’une série d’études visant à mieux cerner le rôle des émotions dans les interactions entre participants à des débats en ligne via un canal IRC – Internet Relay Chat (Benlamine et al., 2015). Dans ces études les émotions sont captées (avec le consentement des participants) par différents dispositifs tels que casque EEG, caméra (expressions du visage) ou capteurs physiologiques (pouls, sudation…). Les débats sont animés et régulés par deux modérateurs.

L’objectif du mini-projet est de concevoir une interface de visualisation des émotions captées de façon à ce que les participants au débat ajustent leur comportement et que le débat se déroule le mieux possible. Il sera important de mettre en évidence la correspondance entre arguments avancés et émotions ressenties. Par exemple, on peut imaginer qu’un participant P1 propose un argument qui attaque la position d’un autre participant P2. Après, P1 voit que son argument a été mal reçu, c’est-à-dire que P2 a ressenti une émotion négative (ex. tristesse) et donc il essaye d’être plus constructif dans ses échanges suivants avec P1.

Précisions concernant la phase d’analyse :

  • Analyse des besoins des participants : déterminer si les participants acceptent que leurs émotions soient recueillies automatiquement et communiquées aux participants qui le souhaitent, à qui, quand et comment. Par exemple, une utilisatrice potentielle de la future interface nous a précisé qu’elle souhaiterait avoir connaissance des émotions ressenties par son interlocuteur lorsqu’elle avance des arguments forts de façon à voir si elle n’a pas blessé celui-ci ; une autre utilisatrice potentielle a affirmé quant à elle qu’elle ne voulait pas communiquer ses humeurs d’office à quelqu’un d’autre, que c’est son choix de diffuser ses humeurs à l’autre.
  • Analyse de dispositifs existants de visualisation des émotions, par exemple : smileys (Rivera et al., 1996 ; Sanchez et al., 2005 ; Zhao et al., 2012) ; « icônes affectifs » et avatars (Garcia et al., 1999) ; segments colorés (Cernea et al., 2013) ; puces colorées montrant l’évolution de l’atmosphère d’un débat (Ke-Chen Pong et al., 2014).

Références citées

Sahbi Benlamine, Maher Chaouachi, Serena Villata, Elena Cabrio, Claude Frasson, Fabien Gandon. Emotions in Argumentation: an Empirical Evaluation. International Joint Conference on Artificial Intelligence, IJCAI 2015, Jul 2015, Buenos Aires, Argentina. Proceedings of the Twenty-Fourth International Joint Conference on Artificial Intelligence, IJCAI 2015, pp.156-163, Proceedings of the Twenty-Fourth International Joint Conference on Artificial Intelligence, IJCAI 2015. <http://ijcai-15.org/>. <hal-01152966>

Daniel Cernea, Christopher Weber, Achim Ebert, and Andreas Kerren, « Emotion Scents – A Method of Representing User Emotions on GUI Widgets », in Visualization and Data Analysis 2013, edited by Pak Chung Wong, David L. Kao, Ming C. Hao, Chaomei Chen, Christopher G. Healey, Mark A. Livingston, Ian Roberts, Thomas Wischgoll, Proceedings of SPIE-IS&T Electronic Imaging, SPIE Vol.8654, 8654-14 (2013).

Octavio García, Jesús Favela, Guillermo Licea and Roberto Machorro. Extending a Collaborative Architecture to Support Emotional Awareness. . EBAA’99.  Emotion Based Agent Architectures (1999)

Ke-Chen Pong, Chi-An Wang, Shuo Hsiu Hsu. GamIM: affecting chatting behavior by visualizing atmosphere of conversation. CHI EA ’14: CHI ’14 Extended Abstracts on Human Factors in Computing Systems (2014).

Krisela Rivera, Nancy J. Cooke, Jeff A. Bauhs: The Effects of Emotional Icons on Remote Communication. CHI Conference Companion 1996: 99-100.

Alfredo Sánchez, Ingrid Kirschning, Juan Carlos Palacio, Yulia Ostróvskaya. Towards mood-oriented interfaces for synchronous interaction. CLIHC ’05: Proceedings of the 2005 Latin American conference on Human-computer interaction.

Jichang Zhao, Li Dong, Junjie Wu, Ke Xu. MoodLens: an emoticon-based sentiment analysis system for chinese tweets. KDD ’12: Proceedings of the 18th ACM SIGKDD international conference on Knowledge discovery and data mining (2012).

G10 : [20162017ceihmgr10] Ugo EL KOUBI, Matthieu PERRIN*, Vincent DAHLMAN, Jérémy MELCHIOR et Anne CLARY (E)

Sujets 2016-2017

Thématique no 1 Santé

Maladie d’Alzheimer

La collaboration entre Polytech et le centre d’accueil de jour d’Alzheimer de Biot – Fondation GSF JL Noisiez (http://www.accueil-alzheimer.fr/)  amorcéeil y a 2 ans nous déjà a permis de faire plusieurs propositions pour aider les patients, les familles et le personnel soignant.

Un bilan avec le centre d’accueil  nous conduit  à poursuivre ce travail selon deux axes principaux:

  • S’adresser principalement aux animatrices d’ateliers du centre en leur fournissant une aide sur deux aspects : personnalisation des applications et capitalisation des informations.
  • S’adresser aux patients Alzheimer en étudiant et concevant  des applications utiles style serious games pour faire fonctionner leur mémoire et conserver le plus longtemps leurs capacités  (repérage, vie quotidienne, …).

Vous pourrez regarder les projets des années précédentes.

Jeux  Les pièces de la maison

Un des problèmes des personnes atteintes d’Alzheimer est d’associer correctement les objets ou les actions de la vie quotidienne au lieu et/ou pièces de la maison.

Par exemple : Où trouve-t-on les couteaux ?, Où range-t’on la brosse à dents ? Dans quelle pièce préparons nous le repas ?

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Ce qui vous est demandé est de proposer une représentation des pièces de la maison, des objets et des actions du quotidien de sorte à pouvoir facilement faire des associations ou détecter des erreurs de positionnement.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Quelles sont les idées simples qui vont permettre de façon ludique aux patients de conserver de bonnes habitudes et de bons usages au quotidien ?
  2. Comment informatiser ces types de jeu ?
  3. Quels sont les bons choix de représentation et de navigation ?
  4. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  5. Quel est le meilleur device pour cette activité.

Jeux  « Ta famille et toi »

Un des problèmes pour les personnes atteinte d’Alzheimer et leur famille est qu’elles finissent progressivement plus reconnaître les membres de leur famille même les plus proches.

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre et des membres de leur famille.

Ce qui vous est demandé est de proposer un ou des jeux qui permettent aux personnes de se souvenir de leur famille à partir de photographies.

Vous pouvez vous inspirer des jeux pour enfants par exemple.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Quelles sont les idées simples qui vont permettre de façon ludique aux patients de se remémorer les membres de leur famille : leur prénom, les liens de parentés, leurs activités préférées, l’endroit où ils vivent, comment les contacter…
  2. Comment informatiser ces types de jeu ?
  3. Quels sont les bons choix de représentation et de navigation ?
  4. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  5. Quel est le bon support technologique pour le centre ?

Et si on rêvait : un Streetview pour patient Alzheimer

Une des difficultés des patients atteints d’Alzheimer est la difficulté à se repérer dans l’espace. Il arrive qu’ils se perdent dans leur rue et même dans leur maison.

Comment les aider à conserver le plus longtemps possible leur dép^lacement de façon sûre : pour aller chercher le pain, pour aller dans la salle de bains.

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Ce qui vous est demandé est de proposer un outil à la Streetview qui facilite le repérage dans le quartier de l’accueilli ou dans sa maison.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Quels sont les bons choix de représentation ?
  2. Quelles sont les interactions à effectuer pour simplifier le repérage
  3. Faut il privilégier la préparation du déplacement ou le déplacement lui même ?
  4. Quelle solution proposer à moindre coût et facile d’utilisation ?
  5. Quel est le support le plus adapté ?

Jeux  Flash pour les pauses

Un des problèmes au centre est d’occuper les accueillis pendant les temps morts (entre les activités encadrées).

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Ce qui vous est demandé est de proposer des jeux autour de la vie quotidienne, de chronologie (pas plus de 4 étapes) . Vous pouvez vous inspirer de jeux existants pour les enfants en bas âge soit en proposant aux accueillis de proposer des solutions soit de rechercher des erreurs.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Quelles sont les idées simples qui vont permettre de façon ludique aux patients de  s’occuper tout en faisant « travailler discrètement » leur mémoire.
  2. Comment informatiser ces types de jeu ?
  3. Quels sont les bons choix de représentation et de navigation ?
  4. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?

Centre I.M.E. Les Hirondelles

Les enfants accueillis à l’IME Les Hirondelles présentent des déficiences cognitives importantes. Bien qu’ils soient âgés de 6 à 14 ans ils sont scolarisés dans des classes de niveaux allant de la toute petite section de maternelle au CP, soit de 2 ans à 6 ans.

Il ne s’agit pas de lacunes ou de retard mais de difficultés à apprendre en raison d’une grande déficience intellectuelle.

Les enfants sont encadrés par des enseignantes, ils ne sont pas autonomes dans leur travail scolaire ni dans leur vie quotidienne.

Tous les supports d’apprentissage doivent être adaptés.

Jeux  Pédagogiques

Les membres du Pôle Enseignement ont constaté que l’apprentissage accompagné d’un support informatique via un Site Web ou une Tablette sous forme de jeu était apprécié des jeunes et pouvaient faciliter les interactions entre eux et avec le corps enseignant.

Les problématiques pédagogiques abordées sont :

La structuration du temps (le jour et la nuit, semaine, mois, saisons), les notions de tailles (grand moyen petit)., spatiales (dedans dehors ; droite gauche ; en haut en bas ; loin près) , lecture-écriture (apprendre à associer des lettres pour faire des mots simples, apprendre à associer des syllabes pour faire des mots (deux à trois syllabes), calcul (apprendre à dénombrer jusqu’à 3, jusqu’à 10, jusqu’à 50, reconnaitre des collections (2 objets, 3, 4, etc).

Le challenge ici est de proposer une série de jeux éducatifs facilitant ce type d’apprentissage.

Vous interagirez directement avec la neuropsychologue responsable du Pôle enseignement et ses collègues. Vos testeurs seront les jeunes du centre.

Thématique no 2:  Et pour le département ?

Dashboard d’exploration du réseau hors – France

Votre principal interlocuteur sera le responsable des relations avec l’étranger.
Les tests utilisateurs seront fait avec des étudiants concernés, partant ou étant partis à l’étranger.

L’idée est d’améliorer les échanges entre les étudiants à l’étranger et les enseignants et de capitaliser un maximum d’informations pour améliorer les expériences à l’étranger dans l’avenir.

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :
1.    Comment localiser les étudiants à l’étranger ou a les anciennes localisations ?
2.    Comment faciliter la mise en contact via la plateforme ?
3.    Comment voir les informations descriptives utiles déjà postées ?
4.    Comment voir les questions qui ont déjà été posées à la personne ?

Vous pourrez partir d’une première étude :
http://atelierihm.unice.fr/enseignements/category/2014-2015-ceihm-gr10/

Le campus du futur

L’idée est d’imaginer le Polytech interactif, qui interagisse avec votre smartphone en fonction de bornes ou d’écrans placés à des endroits stratégiques.Un exemple applicatif pourrait être une journée Porte Ouverte de découverte du Campus.

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :
1.   Quelles informations utiles diffuser ?
2.   Quelles interactions avoir ?
3.    Quelle zone (accueil bâtiment Est, bâtiment Ouest, cafet étudiante, étages enseignants…)  , quel matériel (borne, écran tactile, grad écran de diffusion, autre…), quelle information (plan dynamiques, information de la journée…), Quelle interaction (transfert sur smartphone, voix,…) ?

 

Thématique no 3 : Imaginez le quotidien du futur

Interfaces d’aide à la conception et à la mise en place d’installations électriques

eModus est une startup qui conçoit un outil basé sur une méthodologie automatisée de suivi, de création et de modification d’installations électriques. Cet outil comporte d’une part un réseau de capteurs sans fil dont les résultats de mesures sont intégrés à une base de données opérationnelle (clients, fournitures, ressources humaines, matériel, compétences, sécurité, etc..…). Et d’autre part l’ensemble des fonctionnalités d’un logiciel de conception de plan d’implantation électrique pour les professionnels du bâtiment.

La première brique de développement de l’outil concerne la saisie de plans d’implantation électrique. L’objectif est de permettre à l’électricien, après avoir importé un plan de masse, de représenter l’installation électrique telle que construite ou telle qu’il l’a préconise. Cette représentation prend la forme d’un positionnement des appareillages (prises, interrupteurs, chauffages, climatisations, luminaires…) accompagné de leurs liens fonctionnels.

Les questions que vous devez vous poser entre autres sont :

  1. Quels dispositifs pour quel usage ?
    1. Saisie du plan global détaillé  sur: PC de bureau et PC portable tactile ou pas ?
    2. Saisie en mobilité pour adapter le plan avec les clients sur tablette ?
    3. Visualisation côté client ou pour l’électricien lors de la mise en place : sur smartphone.
  2. Quelle bonne représentation en fonction des différentes phases ? : plan détaillé, mise en place, discussion avec le client…

Les outils existants que vous pouvez regarder sont : Esabora Schema : https://vimeo.com/129223971 et Caneco Implantation : http://www.alpi.fr/logiciels/caneco-implantation.html

Interfaces de communication entre conducteurs

En 2011, un « geek bricoleur » a proposé un dispositif LED permettant d’afficher un message aux voitures qui nous suivent. Cette solution a été présentée ainsi sur Internet :

« Quand vous conduisez, n’avez-vous jamais eu envie d’expliquer au mec qui vous suit que ça ne sert à rien de vous coller aux fesses alors que vous roulez à 130 km/h sur l’autoroute !?!? Un geek bricoleur en a eu aussi un peu marre des conducteurs du dimanche, et il a décidé de fabriquer un panneau à LED pour sa vitre arrière, afin d’envoyer des messages aux voitures derrière lui. » (Source : https://www.nikopik.com/2011/10/afficher-un-message-avec-des-led-aux-voitures-derriere-vous.html).

L’objectif du présent mini-projet est triple :

  1. évaluer la solution proposée par le geek bricoleur et les solutions similaires qui ont pu être proposées depuis 2011… ou avant ;
  2. reconcevoir les interfaces proposées afin de mieux répondre aux besoins des conducteurs concernés (le conducteur de la voiture émettant le message et le conducteur du véhicule suiveur ou des véhicules suiveurs) ;
  3. concevoir et évaluer une interface à l’intérieur du véhicule suiveur permettant au conducteur de ce véhicule de communiquer avec le véhicule qui le précède et de répondre en particulier au message affichée par ce véhicule.

 

Interface de visualisation des émotions lors de débats en ligne

Votre principale interlocutrice sera Serena Villata (Inria-I3S, Equipe Wimmics), chercheuse CNRS, informaticienne spécialiste de l’argumentation.

Ce mini-projet est proposé dans le cadre d’une série d’études visant à mieux cerner le rôle des émotions dans les interactions entre participants à des débats en ligne via un canal IRC – Internet Relay Chat (Benlamine et al., 2015). Dans ces études les émotions sont captées (avec le consentement des participants) par différents dispositifs tels que casque EEG, caméra (expressions du visage) ou capteurs physiologiques (pouls, sudation…). Les débats sont animés et régulés par deux modérateurs.

L’objectif du mini-projet est de concevoir une interface de visualisation des émotions captées de façon à ce que les participants au débat ajustent leur comportement et que le débat se déroule le mieux possible. Il sera important de mettre en évidence la correspondance entre arguments avancés et émotions ressenties. Par exemple, on peut imaginer qu’un participant P1 propose un argument qui attaque la position d’un autre participant P2. Après, P1 voit que son argument a été mal reçu, c’est-à-dire que P2 a ressenti une émotion négative (ex. tristesse) et donc il essaye d’être plus constructif dans ses échanges suivants avec P1.

Précisions concernant la phase d’analyse :

  • Analyse des besoins des participants : déterminer si les participants acceptent que leurs émotions soient recueillies automatiquement et communiquées aux participants qui le souhaitent, à qui, quand et comment. Par exemple, une utilisatrice potentielle de la future interface nous a précisé qu’elle souhaiterait avoir connaissance des émotions ressenties par son interlocuteur lorsqu’elle avance des arguments forts de façon à voir si elle n’a pas blessé celui-ci ; une autre utilisatrice potentielle a affirmé quant à elle qu’elle ne voulait pas communiquer ses humeurs d’office à quelqu’un d’autre, que c’est son choix de diffuser ses humeurs à l’autre.
  • Analyse de dispositifs existants de visualisation des émotions, par exemple : smileys (Rivera et al., 1996 ; Sanchez et al., 2005 ; Zhao et al., 2012) ; « icônes affectifs » et avatars (Garcia et al., 1999) ; segments colorés (Cernea et al., 2013) ; puces colorées montrant l’évolution de l’atmosphère d’un débat (Ke-Chen Pong et al., 2014).

Références citées

Sahbi Benlamine, Maher Chaouachi, Serena Villata, Elena Cabrio, Claude Frasson, Fabien Gandon. Emotions in Argumentation: an Empirical Evaluation. International Joint Conference on Artificial Intelligence, IJCAI 2015, Jul 2015, Buenos Aires, Argentina. Proceedings of the Twenty-Fourth International Joint Conference on Artificial Intelligence, IJCAI 2015, pp.156-163, Proceedings of the Twenty-Fourth International Joint Conference on Artificial Intelligence, IJCAI 2015. <http://ijcai-15.org/>. <hal-01152966>

Daniel Cernea, Christopher Weber, Achim Ebert, and Andreas Kerren, « Emotion Scents – A Method of Representing User Emotions on GUI Widgets », in Visualization and Data Analysis 2013, edited by Pak Chung Wong, David L. Kao, Ming C. Hao, Chaomei Chen, Christopher G. Healey, Mark A. Livingston, Ian Roberts, Thomas Wischgoll, Proceedings of SPIE-IS&T Electronic Imaging, SPIE Vol.8654, 8654-14 (2013).

Octavio García, Jesús Favela, Guillermo Licea and Roberto Machorro. Extending a Collaborative Architecture to Support Emotional Awareness. . EBAA’99.  Emotion Based Agent Architectures (1999)

Ke-Chen Pong, Chi-An Wang, Shuo Hsiu Hsu. GamIM: affecting chatting behavior by visualizing atmosphere of conversation. CHI EA ’14: CHI ’14 Extended Abstracts on Human Factors in Computing Systems (2014).

Krisela Rivera, Nancy J. Cooke, Jeff A. Bauhs: The Effects of Emotional Icons on Remote Communication. CHI Conference Companion 1996: 99-100.

Alfredo Sánchez, Ingrid Kirschning, Juan Carlos Palacio, Yulia Ostróvskaya. Towards mood-oriented interfaces for synchronous interaction. CLIHC ’05: Proceedings of the 2005 Latin American conference on Human-computer interaction.

Jichang Zhao, Li Dong, Junjie Wu, Ke Xu. MoodLens: an emoticon-based sentiment analysis system for chinese tweets. KDD ’12: Proceedings of the 18th ACM SIGKDD international conference on Knowledge discovery and data mining (2012).

 

Interface de saisie et de visualisation des besoins métiers

Votre principale interlocutrice sera Isabelle Mirbel (Inria-I3S, Equipe Wimmics), informaticienne spécialiste de l’analyse des besoins (requirements engineering).

Le recueil des besoins métiers est une étape critique des projets de développement logiciel en ce sens qu’elle détermine toute la suite du projet. Cette étape consiste généralement, dans un premier temps, à collecter les fonctionnalités et améliorations souhaitées auprès des utilisateurs ; puis, il faut effectuer un travail d’analyse et de modélisation de ces besoins afin d’expliciter notamment les relations qui les unissent (décomposition, conflit, etc) ; enfin, il est nécessaire de déterminer un sous-ensemble consistant de besoins à partir duquel le cahier des
charges pourra être rédigé.  Cette dernière tâche peut s’avérer délicate notamment lorsque le nombre des besoins et des relations est important. Aussi, nous avons développé un outil,
ArgREC, pour déterminer les sous-ensembles possibles de besoins consistants.

A partir d’un ensemble de besoins et de relations entre ces besoins, ArgREC calcule et affiche : (i) le graphe initial des besoins et relations saisis et (ii) un graphe résultat pour chaque sous ensemble de besoins consistants. Si plusieurs sous-ensembles sont possibles, ArgREC permet ainsi de choisir parmi les sous-ensembles possibles celui qui est le plus approprié pour rédiger le cahier des charges. ArgREC a été développé en PhP. Une video de la version actuelle de cet outil est disponible ici : http://www-sop.inria.fr/members/Serena.Villata/ResourcesArgRE/demo.avi

Dans cette version, l’interface proposée pour la saisie des besoins et des relations est rudimentaire. Elle a pour but uniquement de permettre l’entrée textuelle des données nécessaires à la détermination des sous-ensembles de besoins consistants. De même, les
graphes résultats sont peu compréhensibles.

Nous souhaitons proposer une nouvelle version de cet outil avec une véritable IHM. Nous aimerions améliorer la saisie des besoins et des relations ainsi que l’affichage et la présentation des graphes résultats.

 

Affectations Sujets de projet 2015-2016

Le GPS pour les personnes Alzheimer

Groupe no 1 : Guillaume Rahbari, Romain Guillot, Garrigos Fernando, Rémi Pourtier

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Les personnes Alzheimer ont des problèmes pour se repérer, que ce soit chez eux, dans leur quartier ou dans le centre. Cependant un plan traditionnel regroupe trop d’informations pour eux.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Comment faciliter le repérage à partir de plans adaptés aux personnes Alzheimer ?
  2. Comment aider à la création de nouveaux plans ?
  3. Quels sont les bons choix de représentation (2D, 3D, Réalité augmentée)  et de navigation (capteurs, bornes, …) ?
  4. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  5. Quel est le bon support technologique pour le centre ?

Jeu  « Habille toi »

Groupe no 2 : Dan He, marina Delerce, Garance Vallat, Laureen Ginier

Groupe no 3 : Porta, Naouis, Jomaa

Groupe no 4 : Ben Slimane, Bennour, Tissiere

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Ce qui vous est demandé est de proposer un jeu qui permet aux personnes de se souvenir comment on s’habille, en toute saison. Il faut pouvoir personnaliser le plus possible l’application proposée.

Vous pouvez vous inspirer des jeux pour enfants par exemple.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Comment informatiser ce type de jeu ?
  2. Quels sont les bons choix de représentation et de navigation ?
  3. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  4. Quel est le bon support technologique pour le centre ?

IHM de mnémothérapie musicale pour personnes Alzheimer

Groupe no 5 : Borg, Jiang, Salim, Seck

Utilisateurs : personnes Alzheimer | médecin | entourage

Votre interlocuteur sera le Docteur Jean-Claude Broutart (Fondation Nogiez, Accueil de jour pour personnes Alzheimer, Sophia Antipolis).

Ce qui vous est demandé est de réaliser une IHM favorisant la reviviscence chez la personne Alzheimer à partir de vidéos de musique. La reviviscence fait référence à des souvenirs d’événements spécifiques qui gardent une telle vivacité que la personne Alzheimer a l’impression de les revivre en y pensant. La reviviscence provoque chez la personne un sentiment profond de joie. C’est ce sentiment que les médecins cherchent à induire chez la personne Alzheimer. On partira d’un dispositif existant favorisant la reviviscence à partir de morceaux de musique uniquement. Le dispositif futur permettra d’associer musique et images.

Tâches (non exhaustif)

Conception

  • Idée de départ : étant donnée une liste de musiques suscitant la reviviscence chez la personne Alzheimer, trouver sur Youtube des vidéos illustrées d’images pouvant renforcer la reviviscence.
  • Choisir les vidéos/images en fonction des caractéristiques des personnes Alzheimer, telles que les capacités visuelles, les connaissances des personnes/objets représentés dans ces vidéos/images, etc.
  • Déterminer les caractéristiques de l’aidant type pour cette activité, celui/celle qui permettra que la reviviscence ait lieu (ex. : même génération ou génération proche, etc.)

Evaluation

  • Identifier les indicateurs de la reviviscence
    • Indicateurs de haut niveau (ex. : joie intense)
    • Indicateurs de bas niveau (ex. : expressions du visage, gestes, pouls, sudation…).
    • Comparer l’effet du nouveau dispositif à l’effet du dispositif avec musique seule.

     

Mémo d’aide aux femmes atteintes d’un cancer du sein

Groupe 6 : Delmotte, Dito; Pinel, Roumegue

Groupe 7 : Chabert, Boutellier, Pennachio, Tual

Utilisateurs : Femmes atteintes d’un cancer du sein (pour ce projet, les étudiants interagiront avec des femmes guéries du cancer du sein)

Votre interlocutrice sera Isabelle Milhabet (Enseignant-chercheur en Psychologie sociale à l’Université de Nice – Sophia Antipolis), créatrice d’une version papier du Mémo (guide d’accompagnement) destiné à aider des femmes atteintes d’un cancer du sein à gérer au quotidien leurs rendez-vous médicaux et leurs démarches administratives.

Ce qui vous est demandé est d’informatiser la version papier du Mémo. Devant la maladie, les femmes atteintes d’un cancer du sein sont en effet fortement perturbées et oublient par exemple leurs rendez-vous ou d’apporter les papiers nécessaires à ces rendez-vous. L’ambition de la conceptrice du Mémo est ainsi d’apporter à ces femmes un peu de confort dans la gestion de leurs rendez-vous.

Documents qui seront mis à votre disposition pour le projet :

  • la version papier du Guide (ce guide comprend : une liste de pièces administratives, un annuaire, des rendez-vous avec le personnel soignant – Qui ? Quand ? Où ? Avec quels documents ?) ;
  • un document « Mémo fonctionnalités », fournissant quelques rappels et quelques éléments sur les ambitions du projet.

NB.- Les étudiants qui choisiront ce projet seront tenus de respecter une clause de confidentialité.

Dashboard étudiant SI5

Groupe 8 : Petillon, Dechavanne, Simond, Marongiu

Vos principaux interlocuteurs seront des responsables SI5. Les tests utilisateurs seront fait avec ces mêmes responsables.

Le démarrage d’une nouvelle année universitaire est un moment clé. Les responsables de parcours doivent agréger de nombreuses informations sur les étudiants de leur parcours, comme par exemple les matières choisies parmi les cours a la carte, l’entreprise où à été signée un apprentissage, … Ces informations ont des impacts sur le quotidien de la promotion : équilibrage des cours dans les périodes de cours, libération de certains cours en cas d’apprentissage, …

Une fois l’année démarrée, les rendus s’enchainent, et il est important d’avoir une vision globale des deadlines attendues pour les étudiants du parcours, afin d’anticiper des pics de charge.

Pour les « gros » parcours, gérer tout ça dans un fichier Excel est … compliqué.

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :

  1. Comment visualiser les choix d’options des étudiants, et identifier rapidement :
    1. Pour un étudiant, quels sont les problèmes dans son EDT ?
    2. Pour la promotion globale, quels sont les étudiants a problèmes (avec une classifications vert/orange/rouge par exemple).
  2. Comment faciliter le suivi de l’année en ce qui concerne la charge de travail et les difficultés rencontrées ?
  3. Comment faire en sorte que ces informations soient intégrées dans des outils classiques pour éviter une double saisie ?

Sticky wall électronique

Groupe 9 : Isoard, Kha, Justal

Groupe 10 : Audry, Forget, Germain, Piketty

Vos principaux interlocuteurs seront des « facilitateurs » de projets (accompagnement de promotions étudiants, industriels).

Le sticky-wall est un puissant outil de communication lors d’un projet. Simple pan de tissu recouvert de colle repositionnable, il a pourtant la propriété de transformer en post-it toute feuille de papier. Durant le déroulement d’un projet, chaque équipe se l’approprie différemment, et l’exploite pour qu’il devienne le reflet de son projet.

Problème majeur : il s’agit d’un artefact physique, difficilement déplaçable, soumis aux aléas de la physique (salle trop chaude => scotch qui lâche et wall qui finit par terre). Ne pourrait on pas imaginer un sticky wall virtuel ?

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :

  1. Comment transposer le sticky-wall pour un projet de manière informatique ?
  2. Quels dispositifs choisir (tablette, projection sur un mur, téléphone,…) ?
  3. Quelles sont les bonnes représentations graphiques pour chaque élément d’un sticky-wall ?
  4. Comment intégrer facilement des éléments sur le wall (transfert de photos…) ?
  5. Comment capitaliser les informations pour historiser, pour naviguer dans le temps et voir l’évolution du projet ?

 

Thématique no 1 Santé

Maladie d’Alzheimer

La collaboration entre Polytech et le centre d’accueil de jour d’Alzheimer de Biot – Fondation GSF JL Noisiez (http://www.accueil-alzheimer.fr/)  amorcée l’an passé nous déjà a permis de faire plusieurs propositions pour aider les patients, les familles et le personnel soignant.

Un bilan avec le centre d’accueil  nous conduit  à poursuivre ce travail selon deux axes principaux:

  • S’adresser principalement aux animatrices d’ateliers du centre en leur fournissant une aide sur deux aspects : personnalisation des applications et capitalisation des informations.
  • S’adresser aux patients Alzheimer en étudiant et concevant  des applications utiles style serious games pour faire fonctionner leur mémoire et conserver le plus longtemps leurs capacités  (repérage, vie quotidienne, …).

Vous pourrez partir des projets suivants :

  • Pour les patients Alzheimer (jeux / atelier) :

http://atelierihm.unice.fr/enseignements/category/2014-2015-ceihm-gr2/

http://atelierihm.unice.fr/enseignements/category/2014-2015-ceihm-gr12/

http://atelierihm.unice.fr/enseignements/category/2014-2015-ceihm-gr11/

Exemples d’ateliers :

https://www.youtube.com/watch?v=5tFhcrsWB6c

http://youtu.be/cioymEJPo1o.

https://www.youtube.com/watch?v=NnCMkUz8qsA&feature=youtu.be

Personnalisation des applications :

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychologue, des aides médico-psychologiques.

Chaque patient est à un certain stade de la maladie et ne réagit pas exactement de la même façon aux images ou photos utilisées pour les ateliers. De plus ils peuvent avoir des pathologies annexes différentes : trouble de la vue, par exemple. Il est important de pouvoir personnaliser les applications par patient ou groupe de patients.

Les tests se feront avec des exemples concrets que vous pourrez tirer des ateliers existants mis en œuvre l’an passé. Les animatrices seront vos « testeuses ».

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Comment engranger des bases d’images communes et spécifiques à chaque patient dans lesquelles piocher pour créer les ateliers ?
  2. Ces bases doivent être complétées et modifiées selon l’évolution de la maladie.
  3. Ces bases doivent être structurées par thèmes.
  4. Quelles IHM et interactions proposer au personnel du centre, à la famille et à la personne malade  pour faciliter la capitalisation des informations, leur accès et vérifier leur adéquation.

Ces bases doivent alimenter les applications existantes et applications futures.

Capitalisation des informations :

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Pour avoir un suivi personnalisé des patients d’un jour à l’autre, d’une animatrice à l’autre, il serait intéressant de capitaliser les informations sur les exercices effectués.

Les tests se feront avec des exemples concrets que vous pourrez tirer des ateliers existants mis en œuvre l’an passé. Les animatrices seront vos « testeuses ».

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Comment stocker et accéder facilement aux informations concernant chaque patient ?
  2. Comment automatiser la restitution des observations lors des ateliers ou en faciliter la saisie et le partage entre les différentes animatrices ?
  3. Comment sélectionner facilement les ateliers adaptés et les images à utiliser pour chaque atelier pour un patient ?
  4. Quelles IHM et interactions proposer au personnel du centre, à la famille et à la personne malade  pour faciliter la capitalisation des informations, leur accès et vérifier leur adéquation.

Le GPS pour les personnes Alzheimer

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Les personnes Alzheimer ont des problèmes pour se repérer, que ce soit chez eux, dans leur quartier ou dans le centre. Cependant un plan traditionnel regroupe trop d’informations pour eux.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Comment faciliter le repérage à partir de plans adaptés aux personnes Alzheimer ?
  2. Comment aider à la création de nouveaux plans ?
  3. Quels sont les bons choix de représentation (2D, 3D, Réalité augmentée)  et de navigation (capteurs, bornes, …) ?
  4. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  5. Quel est le bon support technologique pour le centre ?

Jeu  « Habille toi »

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Ce qui vous est demandé est de proposer un jeu qui permet aux personnes de se souvenir comment on s’habille, en toute saison. Il faut pouvoir personnaliser le plus possible l’application proposée.

Vous pouvez vous inspirer des jeux pour enfants par exemple.

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Comment informatiser ce type de jeu ?
  2. Quels sont les bons choix de représentation et de navigation ?
  3. Comment permettre facilement la personnalisation de l’application ?
  4. Quel est le bon support technologique pour le centre ?

Et si on rêvait : un Paint pour Alzheimer ou un Google images adaptées

Vos interlocutrices seront les animatrices d’ateliers du centre Noisiez : une psychomotricienne, une neuropsychiatre, des aides médico-psychologiques.

Les tests utilisateurs se feront avec des patients du centre.

Ce qui vous est demandé est de proposer un outil qui facilite la recherche d’images adaptées et/ou la manipulation d’images trouvées pour sélectionner une sous partie, changer les contrastes…

Les questions que vous devrez aborder entre autres sont :

  1. Quels sont les bons choix de représentation ?
  2. Quelles sont les manipulations effectuées pour simplifier les images trouvées sur le net ?
  3. Quels types de recherches font les animatrices pour trouver leurs photos ?
  4. Quelle solution proposer à moindre coût et facile d’utilisation ?
  5. Quel est le bon support technologique pour le centre ?

IHM de mnémothérapie musicale pour personnes Alzheimer

Utilisateurs : personnes Alzheimer | médecin | entourage

Votre interlocuteur sera le Docteur Jean-Claude Broutart (Fondation Nogiez, Accueil de jour pour personnes Alzheimer, Sophia Antipolis).

Ce qui vous est demandé est de réaliser une IHM favorisant la reviviscence chez la personne Alzheimer à partir de vidéos de musique. La reviviscence fait référence à des souvenirs d’événements spécifiques qui gardent une telle vivacité que la personne Alzheimer a l’impression de les revivre en y pensant. La reviviscence provoque chez la personne un sentiment profond de joie. C’est ce sentiment que les médecins cherchent à induire chez la personne Alzheimer. On partira d’un dispositif existant favorisant la reviviscence à partir de morceaux de musique uniquement. Le dispositif futur permettra d’associer musique et images.

Tâches (non exhaustif)

Conception

  • Idée de départ : étant donnée une liste de musiques suscitant la reviviscence chez la personne Alzheimer, trouver sur Youtube des vidéos illustrées d’images pouvant renforcer la reviviscence.
  • Choisir les vidéos/images en fonction des caractéristiques des personnes Alzheimer, telles que les capacités visuelles, les connaissances des personnes/objets représentés dans ces vidéos/images, etc.
  • Déterminer les caractéristiques de l’aidant type pour cette activité, celui/celle qui permettra que la reviviscence ait lieu (ex. : même génération ou génération proche, etc.)

Evaluation

  • Identifier les indicateurs de la reviviscence
    • Indicateurs de haut niveau (ex. : joie intense)
    • Indicateurs de bas niveau (ex. : expressions du visage, gestes, pouls, sudation…).
    • Comparer l’effet du nouveau dispositif à l’effet du dispositif avec musique seule.

     

 

Assistance au médecin coordinateur en EHPAD : Interface de visualisation du résumé de la journée

Aujourd’hui, le médecin coordinateur en EHPAD a peu d’informations sur l’activité journalière des résidents de l’EHPAD. Il doit questionner les résidents et les infirmières.

Une étude est en cours avec CobTek et Inria dans le but d’outiller le médecin coordinateur et les cliniciens avec une tablette (ou station)  permettant de visualiser le résumé de l’activité journalière d’un résident de l’EHPAD.
Ce résumé sera construit a partir des signaux émis par des capteurs (kinect, etc.) installés dans les chambres des résidents.
Il permettra d’améliorer la qualité de soins apportés aux résidents.

Dans le cadre de cette étude, votre objectif sera de concevoir l’IHM de visualisation de cette tablette.
On suppose ici que les cliniciens sont assis dans leur bureau ou dans une autre salle.

Votre travail consistera, en interaction avec le médecin coordinateur et les cliniciens, à :

  1.     Déterminer les signaux résumant l’activité journalière du résident ; identifier les activités fréquentes (activité physique) et les problèmes dont ces signaux sont les indicateurs (anxiété, douleur, déambulation, chute…).
  2.     Déterminer comment ces signaux et problèmes peuvent être visualisés sur l’interface.
  3.     Maquetter l’interface.
  4.   Evaluer l’ergonomie de l’interface dans la situation définie ci-dessus.

 

Mémo d’aide aux femmes atteintes d’un cancer du sein

Utilisateurs : Femmes atteintes d’un cancer du sein (pour ce projet, les étudiants interagiront avec des femmes guéries du cancer du sein)

Votre interlocutrice sera Isabelle Milhabet (Enseignant-chercheur en Psychologie sociale à l’Université de Nice – Sophia Antipolis), créatrice d’une version papier du Mémo (guide d’accompagnement) destiné à aider des femmes atteintes d’un cancer du sein à gérer au quotidien leurs rendez-vous médicaux et leurs démarches administratives.

Ce qui vous est demandé est d’informatiser la version papier du Mémo. Devant la maladie, les femmes atteintes d’un cancer du sein sont en effet fortement perturbées et oublient par exemple leurs rendez-vous ou d’apporter les papiers nécessaires à ces rendez-vous. L’ambition de la conceptrice du Mémo est ainsi d’apporter à ces femmes un peu de confort dans la gestion de leurs rendez-vous.

Documents qui seront mis à votre disposition pour le projet :

  • la version papier du Guide (ce guide comprend : une liste de pièces administratives, un annuaire, des rendez-vous avec le personnel soignant – Qui ? Quand ? Où ? Avec quels documents ?) ;
  • un document « Mémo fonctionnalités », fournissant quelques rappels et quelques éléments sur les ambitions du projet.

NB.- Les étudiants qui choisiront ce projet seront tenus de respecter une clause de confidentialité.

 

Thématique no 2:  Et pour le département ?

Dashboard d’exploration du réseau hors – France

Votre principal interlocuteur sera le responsable des relations avec l’étranger.
Les tests utilisateurs seront fait avec des étudiants concernés, partant ou étant partis à l’étranger.

L’idée est d’améliorer les échanges entre les étudiants à l’étranger et les enseignants et de capitaliser un maximum d’informations pour améliorer les expériences à l’étranger dans l’avenir.

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :
1.    Comment localiser les étudiants à l’étranger ou a les anciennes localisations ?
2.    Comment faciliter la mise en contact via la plateforme ?
3.    Comment voir les informations descriptives utiles déjà postées ?
4.    Comment voir les questions qui ont déjà été posées à la personne ?

Vous pourrez partir d’une première étude :
http://atelierihm.unice.fr/enseignements/category/2014-2015-ceihm-gr10/
ainsi que de la plateforme mise en place par C. Papazian..

Dashboard étudiant SI5

Vos principaux interlocuteurs seront des responsables SI5. Les tests utilisateurs seront fait avec ces mêmes responsables.

Le démarrage d’une nouvelle année universitaire est un moment clé. Les responsables de parcours doivent agréger de nombreuses informations sur les étudiants de leur parcours, comme par exemple les matières choisies parmi les cours a la carte, l’entreprise où à été signée un apprentissage, … Ces informations ont des impacts sur le quotidien de la promotion : équilibrage des cours dans les périodes de cours, libération de certains cours en cas d’apprentissage, …

Une fois l’année démarrée, les rendus s’enchainent, et il est important d’avoir une vision globale des deadlines attendues pour les étudiants du parcours, afin d’anticiper des pics de charge.

Pour les « gros » parcours, gérer tout ça dans un fichier Excel est … compliqué.

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :

  1. Comment visualiser les choix d’options des étudiants, et identifier rapidement :
    1. Pour un étudiant, quels sont les problèmes dans son EDT ?
    2. Pour la promotion globale, quels sont les étudiants a problèmes (avec une classifications vert/orange/rouge par exemple).
  2. Comment faciliter le suivi de l’année en ce qui concerne la charge de travail et les difficultés rencontrées ?
  3. Comment faire en sorte que ces informations soient intégrées dans des outils classiques pour éviter une double saisie ?

Sticky wall électronique

Vos principaux interlocuteurs seront des « facilitateurs » de projets (accompagnement de promotions étudiants, industriels).

Le sticky-wall est un puissant outil de communication lors d’un projet. Simple pan de tissu recouvert de colle repositionnable, il a pourtant la propriété de transformer en post-it toute feuille de papier. Durant le déroulement d’un projet, chaque équipe se l’approprie différemment, et l’exploite pour qu’il devienne le reflet de son projet.

Problème majeur : il s’agit d’un artefact physique, difficilement déplaçable, soumis aux aléas de la physique (salle trop chaude => scotch qui lâche et wall qui finit par terre). Ne pourrait on pas imaginer un sticky wall virtuel ?

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :

  1. Comment transposer le sticky-wall pour un projet de manière informatique ?
  2. Quels dispositifs choisir (tablette, projection sur un mur, téléphone,…) ?
  3. Quelles sont les bonnes représentations graphiques pour chaque élément d’un sticky-wall ?
  4. Comment intégrer facilement des éléments sur le wall (transfert de photos…) ?
  5. Comment capitaliser les informations pour historiser, pour naviguer dans le temps et voir l’évolution du projet ?

Thématique no 3 : Vis ma vie de chercheur

Outil de visualisation de Bibliographies

Dans le cadre d’un stage SI4, une première interface proposition a été faite pour visualiser les collaborations entre chercheurs sous forme de graphes ou de matrices. l’objectif était d’identifier à partir des publications communes les projets qui collaborent ainsi que les chercheurs. Les bibliographies sont entrées par les chercheurs généralement dans un format bibteX. L’outil proposé permet de charger un fichier bibtex. Vous pouvez tester l’outil via l’URL suivante : http://erebe-vm15.i3s.unice.fr/biblio.

Cet outil doit être amélioré pour permettre à partir de croisement des données de faire des analyses plus poussées des travaux de recherche soit dans le cadre du CNU (Conseil national des universités) qui évalue les chercheurs pour leurs promotions, soit pour faciliter l’évaluation  des laboratoires.

Vous devrez vous poser les questions suivantes :

1. Quels sont les besoins des chercheurs participant à ce type de conseil ?
2. Quelles représentations sont adaptées ?
3. Quelles corrélations peut-on faire ?

 

Dashboard SmartCampus

Vos principaux interlocuteurs seront des enseignants-chercheurs du projet MODALIS / Sparks.

Le projet MODALIS a démarré depuis 2012 une activité sur les réseaux de capteurs, en installant au sein du laboratoire l’infrastructure SmartCampus. Cette infrastructure collecte en continue des données sur l’utilisation des locaux de l’équipe Sparks, au 4ème étage de Templiers I.

Durant l’été 2015, un prototype de gamification du SmartCampus a été mis en place, dans le but de promouvoir une approche « éco-responsable » de la gestion des bureaux et plus globalement du travail. Comment dans ce contexte proposer une solution de suivi de la consommation d’un bureau (conso clim, électrique, lumière) et plus globalement d’une équipe ou de l’étage ?

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :

  • Comment représenter l’état actuel de mes badges ?
  • Comment avoir un aperçu des données captées dans mon bureau ?
  • Quel type de données s’associe à quelle(s) visualisation(s) ?
  • Comment présenter un rendu instantané ?
  • Comment permettre une représentation d’un historique des données sur une plage de temps donnée ?

Dashboard de visualisation de l’état d’un projet de développement logiciel

Vos interlocuteurs seront des enseignants-chercheurs en génie logiciel suivant des projets étudiants de grande envergure, ainsi que des industriels exploitant ces mêmes outils dans leurs entreprises.

Jira est un des standards industriels utilisés pour suivre un projet de développement logiciel. Il fournit des « widgets » de visualisation permettant de représenter des informations sur un projet. Mais il est laissé à l’utilisateur le choix des widgets à utiliser et composer ensemble pour obtenir un tableau de bord adapté au projet.

Problème : chaque projet est différent. Il n’est donc pas possible de représenter UN tableau de bord unique. Les mêmes informations sont-elles intéressantes pour les membres de l’équipe, un coach et le product owner (dans le cadre d’un cours : étudiant / encadrant de TD / enseignant responsable) ?

Le but de ce projet est de caractériser ce que les plates-formes sont capables de visualiser et de fournir un outil permettant de guider l’utilisateur dans la réalisation de son tableau de bord, en travaillant par intention (ce que je veux visualiser) plutôt qu’au niveau des widgets (comment je le visualise).

Les questions que vous devrez vous poser entre autres sont :

  • Quelles sont les informations utiles pour analyser le déroulement d’un projet ?
  • Sont-elles mises à disposition par les différents outils type Atlassian (Jira, Stash) et autres (Sonar) ?
  • Comment représenter ces informations ? Quelles sont les intentions associées à chaque représentation ?
  • Quelles interactions permettent de passer d’une représentation à une autre ou d’affiner une représentation ?

 

Thématique no 4 Les Projets SI4 : il y avait de bonnes idées non ?

En Vrac :

La carte du maraudeur

La cuisine collaborative

La frise musicale

D’autres ?

Sujets de projet 2014-2015

Trois types de sujets de mini-projets CEIHM sont proposés cette année. Les deux premiers vous sont proposés dans le cadre d’une coopération que nous avons avec le Centre d’Accueil de jour pour personnes atteintes d’Alzheimer et l’EHPAD de Valrose.

Les troisièmes seront définis par des collègues et vous-mêmes, mais devront correspondre à la poursuite des travaux de projet Innovation des étudiants en informatique de Polytech.

Sujets Centre mémoire

Vous pouvez voir le lien http://www.accueil-alzheimer.fr/

Sujet n° 1  : Création d’un atelier d’ordonnancement d’actions à partir de photos personnalisées.

Utilisateurs : animatrices d’atelier
Idée :
Les animatrices peuvent créer pour chaque accueilli un ensemble de photos/sons/vidéos illustrant des actions quotidiennes qui sera ensuite présenté à l’accueilli lors de l’atelier pour qu’il les séquence correctement.
Cela pourrait s’appliquer : au brossage de dents, lavage de mains, habillement….
Il est important que l’outil permette de saisir des informations  concernant le niveau d’acquisition de chaque action pour chaque accueilli – cela permet de voir l’évolution et de faire évoluer les étapes du séquencement.

Groupe no 1 :

Alexia LLORENS, Camille FISICHELLA, Flavien BOSSIAUX, Yann MAHE (*)

 

Sujet n° 2 :  Réalisation de l’atelier d’ordonnancement

Utilisateurs : Animatrice et un ou un groupe d’accueillis

Idée :
Permettre à chaque accueilli participant à l’atelier d’ordonnancer les actions qui lui permettent d’atteindre son but (ex: brossage de dents / habillement / ??)
Identifier quels types d’interactions seraient plus adaptées : tout tactile ? tout tangible ? tactile et tangible ? Identifier le nombre d’utilisateurs qui pourraient suivre l’activité ensemble  

Sujet n° 3 :  Aide mémoire

Utilisateurs : l’accompagnant de l’accueilli au domicile et l’accueilli ?
Idée :
Permettre à l’accueilli de rejouer la ou les séquences créées et vues lors des ateliers.
Identifier la bonne façon de déclencher et de choisir les séquences ainsi que la façon d’enchainer les actions
Ce type d’aide mémoire pourrait être utilisé en interne au centre sur des écrans pour rappeler certaines actions telles que le lavage de mains par exemple

Groupe n° 2

Elena BUROVA (*), Maria-cristina STIRBU, Moustafa ELAMIN, Tony BULTE

burova.elena@hotmail.com, mariacristina.stirbu@gmail.commoustafa.o.elamin@gmail.com, bulte@polytech.unice.fr

Groupe no 12

Katia AGNAMAZIAN, Asma BEN AICHA, Brice LONGUET, Benjamin VOLLAND

 

Sujets EHPAD

Sujets en rapport avec l’EHPAD Valrose (EHPAD = Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes).

Utilisateurs :

Entre 20h30 et 6h, des binômes de veilleuses de nuit constitués d’une aide-soignante et d’une auxiliaire de vie veillent à ce que les résidents de l’EHPAD passent une nuit calme et, lorsqu’un problème survient, font en sorte de ramener dans un état de calme les résidents concernés par ce problème. Les veilleuses sont ainsi à l’affût de tout signal révélateur d’un problème possible (signal d’alerte).

Sujet n° 4 : Assistance aux veilleuses de nuit en EHPAD : Interface de visualisation des signaux d’alerte

Aujourd’hui, les veilleuses captent les signaux d’alerte directement : elles les entendent (un cri, une porte qui s’ouvre) ou elles les voient (un résident qui déambule dans les couloirs ou entre dans une chambre qui n’est pas la sienne). Aucun dispositif technique ne leur permet de détecter ces signaux indirectement, à distance.  Aucun dispositif sauf un téléphone portable et un bip activés par la sonnette d’alarme d’un résident ; dans ce cas le numéro de chambre du résident s’affiche sur l’écran de ces dispositifs : des dispositifs rudimentaires donc.

Une étude est en cours avec le laboratoire I3S dans le but d’outiller les veilleuses avec une tablette permettant de visualiser les signaux émis par des capteurs (kinect, etc.) installés dans les chambres des résidents.

Dans le cadre de cette étude, votre objectif sera de concevoir l’IHM de visualisation de cette tablette. On suppose ici que les veilleuses sont assises dans leur bureau ou dans une autre salle.

Votre travail consistera, en interaction avec les veilleuses, à :

  • Déterminer les signaux d’alerte ; identifier les problèmes dont ces signaux sont les indicateurs (anxiété, douleur, déambulation, chute…).
  • Déterminer comment ces signaux et problèmes peuvent être visualisés sur l’interface.
  • Maquetter l’interface.
  • Evaluer l’ergonomie de l’interface dans la situation définie ci-dessus.

Groupe n° 3 :

Vincent BENAZET, Valentin POINSOT, Paul LAVOINE, Aline OBADIA (*)

Groupe n° 4 :

Abouabaida BOUABID, Zhang CHEN, Jiachen NIE, Lifeng TAO

Groupe n° 5 :

Louise CHAUSSADE (*), Julien CHIARAMELLO, Roberta ROBERT, Olivier FAUVEL-JAEGER

Sujet n° 5 : Assistance aux veilleuses de nuit en EHPAD : Interface de visualisation des signaux d’alerte en situation de mobilité

La nuit, les veilleuses se déplacent. Non seulement pour surveiller, mais pour assurer d’autres tâches telles que donner leurs médicaments aux résidents ou changer leurs linges ou leurs draps. Pour ces tâches, les veilleuses se déplacent avec un chariot.

Dans ce projet, votre objectif sera de concevoir une IHM de visualisation de la tablette tenant compte des contraintes auxquelles les veilleuses doivent se plier dans leurs déplacements.

Votre travail consistera, en interaction avec les veilleuses, à :

  • Recenser les cas d’alertes survenues lors des déplacements des veilleuses (signaux et problèmes).
  • Recenser les contraintes liées aux déplacements.
  • Déterminer comment signaux et problèmes peuvent être visualisés sur l’interface en tenant compte des contraintes liées aux déplacements.
  • Maquetter l’interface.
  • Evaluer l’ergonomie de l’interface en situation de mobilité.

Groupe n° 6 :

Anthony SOULIER, Axel VICARD, Martin ALFONSI, Sylvain VAHAPATA (*)

asoulier@polytech.unice.fr, Vicard@polytech.unice.fr,  Alfonsi@polytech.unice.fr, Vahapata.sylvain@hotmail

Groupe n° 7

Romain ALEXANDRE, Cécile CAMILLIERI, Adrien CASANOVA, Damien FATTORINI (*)

 

Sujet n° 6 : Assistance aux veilleuses de nuit en EHPAD : Interface de visualisation des signes précoces d’alerte (ou signaux faibles)

Ce projet porte sur les signaux annonciateurs d’un futur problème : les signaux précoces d’alerte (ou signaux faibles). On s’intéressera ici aux signaux repérés lors de le phase de relève de poste (appelée phase des transmissions), où l’équipe de jour transmet au binôme de veilleuses des informations sur les résidents. Un exemple d’information pouvant être considérée comme signal faible est l’information qu’un résident a dormi la plupart de la journée, impliquant que le résident ne dormira pas bien la nuit qui vient et qu’il pourra déambuler.

Objectif : concevoir une IHM d’identification et de visualisation de signaux faibles annonciateurs d’un futur problème (d’une alerte future).

Votre travail consistera, en interaction avec les veilleuses, à :

  • Recenser les signaux faibles ; identifier les problèmes dont ces signaux sont les indicateurs.
  • Recenser comment ces signaux et problèmes peuvent être visualisés sur l’interface.
  • Maquetter l’interface.
  • Evaluer l’ergonomie de l’interface dans la phase des transmissions.

 

Sujets Commandités

Sujet botanistes

Ce sujet est en lien avec le PFE « Reconnaissance de plantes sur mobile Android »
http://mosser.github.io/pfe/dispo/gmd/ihm/2014/09/15/Y1415-S022/

L’objectif de ce sujet est de fournir à des botanistes une application mobile leur permettant de déterminer, sur le terrain, si la plante devant laquelle il se trouve est déjà répertorié dans leur base ou non.
Pour cela, nous disposons déjà d’une base de données annotée de plantes (500 espèces) et d’une première application de reconnaissance sur PC avec une version Android se connectant à un serveur pour effectuer les reconnaissances à partir de photos.

Une version préliminaire et très basique de l’IHM sur Android existe mais n’est pas satisfaisante. Le but de l’étude est de proposer une nouvelle IHM sur Android prenant en compte les utilisateurs ainsi que le fait que l’application sur le serveur ne renvoie pas forcément la bonne solution en premier choix.

Groupe n° 8 :

Nancy FONG, Morgane PERRON, Swan JUMELLE, Thomas MONTANA

– fong@polytech.unice.fr – perron@polytech.unice.fr– jumelled@polytech.unice.fr – montana@polytech.unice.fr

Groupe n° 9 :

Raphaël GAZZOTTI, Jeremy NESMES, – Mao SOCHAMPHEA (*)

gazzotti.raphael@etu.unice.frjeremy.nesmes@gmail.com – Sochamphea Mao

Vos sujets

Système de suivi des étudiants  de polytech en échange

Groupe n° 10 :

Hugo MARTINEZ, Quentin BITSCHENÉ, Anthony DA MOTA

Application permettant de stimuler les souvenirs des personnes atteintes d’Alzheimer hors structure de soin

Groupe n° 11 :

Amal EL BOUFFI, Clément CRISTIN, Hakim LUQMAN, Yoann SCHWARTZ

Application musicale

Groupe n° 13 :

David GUERRERO, Antoine LAVAIL, Robin VIVANT, Hugo Labonde, Romain TRUCHI

 

 

 

Sujets de projet 2013-2014

Deux types de sujets de mini-projets CEIHM sont proposés cette année universitaire 2013-2014 : des sujets commandités et des sujets libres. Les premiers vous sont proposés par les personnes dont le nom figure dans l’énoncé du sujet. Les seconds seront définis par vous-mêmes, mais devront correspondre à la thématique « Applications d’aide au quotidien ».

1| Sujets commandités

Partage entre amis de flux d’informations

Commanditaire : Christophe Desclaux (Inria/I3S, Wimmics) (Lauréat BoostYourCode2012)

Reador.NET est un outil innovant de filtrage automatique d’informations (*). Cependant cet outil n’est pas social ! Les utilisateurs n’ont pas de moyens de discuter entre eux, de partager leurs filtres d’information, leurs sources. Nous vous proposons de le rendre social et de permettre aux utilisateurs de faire un filtrage collaboratif de news ! Vous connaissez peut-être scoopIt, twitter, diigo, paper.li (qui permet de générer votre propre journal). Ces outils sont cools ! On veut l’être nous aussi, grâce à vous.

(*) Reador.NET fournit une nouvelle approche des flux RSS. Véritable outil de veille, ce logiciel possède des capacités d’agrégation supérieures aux agrégateurs classiques de flux RSS en y alliant la puissance du Web sémantique. Ainsi, les informations reçues par l’utilisateur sont filtrées selon plusieurs critères, ce qui les rend plus pertinentes. A destination des entreprises et du grand public, Reador.NET permet de répondre à leurs besoins d’informations très ciblées. ♦ Reador.NET s’inscrit dans le projet Reador.NET. Ce projet est issu du PFE réalisé il y a 2 ans par Christophe, PFE suivi par un contrat d’un an offert par l’Inria à Christophe pour travailler sur le code.

Sauvez la presse ancestrale de l’extinction !

Commanditaire : Christophe Desclaux (Inria/I3S, Wimmics) (Lauréat BoostYourCode2012)

Le domaine de la presse est en pleine crise, les professionnels ont du mal à prendre le virage vers l’informatique. Ils ont besoin de créer de nouveaux modèles économiques, de nouveaux moyens de gagner des parts de marché ! Avec ce sujet, nous leurs proposons LA solution ! 😉 Cette solution, c’est un site de news moderne qui va permettre à l’utilisateur d’avoir plus d’interactions, de dialoguer avec les journalistes, de dialoguer entre eux… Bref créons « Le Journal dont vous êtes le héros » !

Nous vous proposons de créer ce journal à partir d’un site de news généraliste tel que lemonde.fr ou lesechos.fr. Il s’agira en fait de refondre l’un de ces sites dans l’esprit « Le Monde dont vous êtes le héros » ou « Les Échos dont vous êtes le héros ». Vous ajouterez une dimension sociale au site que vous aurez choisi et permettrez aux utilisateurs de filtrer « sémantiquement » les news qui répondent à leurs besoins d’information. Ce filtrage sémantique sera assuré par Reador.net (*). La motivation de ce sujet est en effet de trouver un moyen d’intégrer Reador.net avec les sites de news pour une meilleure expérience utilisateur sur ces sites.

(*) Reador.NET fournit une nouvelle approche des flux RSS. Véritable outil de veille, ce logiciel possède des capacités d’agrégation supérieures aux agrégateurs classiques de flux RSS en y alliant la puissance du Web sémantique. Ainsi, les informations reçues par l’utilisateur sont filtrées selon plusieurs critères, ce qui les rend plus pertinentes. A destination des entreprises et du grand public, Reador.NET permet de répondre à leurs besoins d’informations très ciblées. ♦ Reador.NET s’inscrit dans le projet Reador.NET. Ce projet est issu du PFE réalisé il y a 2 ans par Christophe, PFE suivi par un contrat d’un an offert par l’Inria à Christophe pour travailler sur le code.

Préservation de la vie privée dans une application de coordination en situation d’urgence

Commanditaire : Marc Relieu (Telecom Paris Tech Sophia)

Whoog est une application mobile, développée par la startup Whoog SAS, qui a pour but de permettre de gérer rapidement et facilement les situations d’urgence. L’application répond ainsi au besoin de pouvoir contacter les « bonnes » personnes (disponibles) au moment où l’on a le plus besoin d’elles (urgences/imprévus). L’application Whoog est destinée à des particuliers ou des professionnels devant gérer des situations d’urgence.

L’application a fait l’objet d’une étude ergonomique récente auprès de familles et de patrons et équipiers de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (1). L’un des constats de cette étude est le frein que peut constituer la géolocalisation des personnes. Un utilisateur de Whoog peut en effet voir les positions géographiques des autres utilisateurs, mais ces derniers, en certaines occasions, ne souhaitent pas que l’on sache où ils se trouvent ; ils veulent voir préservée leur vie privée.

L’objectif du mini-projet est de concevoir une IHM permettant à la fois a) la préservation de la vie privée des personnes pouvant intervenir dans une situation d’urgence et b) l’indication de la disponibilité ou non disponibilité de ces personnes pour aider à gérer la situation.

(1)     Nadine B. Lawson (2013). Les applications mobiles de coordination en situation d’urgence : étude ergonomique de l’application Whoog, Rapport de stage professionnel, Master 2 professionnel « Sociologie et Ergonomie des Technologies Numériques », Université Nice Sophia-Antipolis, 65 p.

Interface homme-canne

Commanditaire : Jean-Pierre Merlet (Inria, Équipe Coprin)

Après la constatation des débuts d’une perte de motricité chez une personne, les premières solutions utilisées pour compenser ce manque sont soit l’usage d’une canne soit d’un déambulateur, le choix se faisant sur des critères médicaux et/ou culturels. Nous nous intéressons ici aux cannes  comportant d’ores et déjà une instrumentation permettant d’en analyser l’usage pour la motricité, pour la détection de situations anormales (canne tombée par terre) ou pour guider/soutenir la personne, par exemple la canne Toyota (*).

Toutefois avec ce genre d’instrumentation et d’usage, l’utilisateur n’a qu’un rôle passif car, tout au plus, il va recevoir de l’information de la canne et ceci de manière très indirecte.  Nous désirons donner à l’utilisateur la possibilité d’être actif en lui permettant de donner des
instructions à sa canne et de recevoir en retour des informations spécifiques. Par exemple un utilisateur plongé dans l’obscurité pourra demander à sa canne de l’aider à le guider vers un interrupteur ou vers la sortie. Pour cela la canne est conçue comme un système global qui
peut demander de l’information à l’environnement (la localisation de l’interrupteur), acquérir de l’information et l’émettre vers l’environnement (la localisation de l’utilisateur) ou vers l’utilisateur (trouver la direction de la sortie avec un capteur de lumière) et enfin recevoir des instructions de l’utilisateur.

Dans le cas de communication bilatérale avec l’utilisateur il faut offrir une interface vers l’utilisateur avec la contrainte impérative que le matériel embarqué sur la canne soit très léger et avec une consommation d’énergie très réduite. Il est toutefois possible de dupliquer l’interface vers l’utilisateur (par exemple avec un bracelet qui communique avec la canne).

Il s’agira donc de concevoir deux types d’interfaces :

  • une interface embarquée sur la canne, très légère mais un peu sommaire, qui assure des fonctions de base mais qui pourront avoir a être utilisées alors que l’utilisateur ne porte pas le bracelet (trouver la sortie) ;
  • une interface embarquée sur l’utilisateur, un peu plus lourde, mais offrant plus de fonctionnalités.

Un point important pour ces deux types d’interfaces est d’être programmable à distance car les fonctionnalités que devra assurer la canne vont varier selon la trajectoire de vie des utilisateurs. Il est donc par exemple concevable que l’utilisateur ou les aidants téléchargent de nouvelles fonctionnalités ou interfaces via une app-store spécialisée.

 (*) Deux références sur la canne Toyota : 1) Robotic walking stick lends users some balance ; 2) Electric Walking Aid: The walking stick of the future.

Explications graphiques des réponses fournies par un moteur de découverte d’informations

Commanditaires : Damien Legrand, Nicolas Marie (Inria/I3S, Wimmics)

Discovery Hub (*) est un moteur de recherche exploratoire qui aide l’utilisateur à découvrir des informations qui lui plairont ou qui ou pourront l’intéresser. Discovery Hub élargit l’horizon culturel et les connaissances de l’utilisateur en révélant des informations inattendues et en les expliquant. Les explications fournies dans la version actuelle de Discovery Hub sont de trois types : 1) des explications par catégories (précisant les caractéristiques communes à la question et aux réponses) ; 2) des explications Wikipedia (fournissant les pages Wikipedia en rapport avec les réponses) ; 3) des explications graphiques comme celle représentée dans la figure 1. Le mini-projet se concentrera sur les explications graphiques. Son objectif est d’améliorer la qualité de ces dernières : identifier les pistes d’amélioration (ex. :  nommer les relations entre éléments du graphe, organiser différemment les éléments, etc.) avec les utilisateurs ; maquetter les améliorations retenues.

(*) Liens : Application Discovery Hub ; Présentation vidéo de Discovery Hub

Figure 1 : Explication graphique des réponses données par Discovery Hub à la requête utilisateur « Musée du Louvre Rembrandt Caravage »

« Fresque » Inria : interface révélant l’évolution des recherches dans un labo

Commanditaire : Jean-Luc Szpyrka (Inria, Dream)

L’Inria Sophia Antipolis – Méditerranée fête cette année ses trente ans d’existence. A cette occasion, une « fresque » numérique sera présentée, qui montrera en particulier l’évolution des thématiques des équipes de recherche au fil du temps (timeline). Une maquette de fresque a été proposée (voir figure ci-dessous), qui n’a pas fait l’objet d’une analyse préalable des besoins utilisateurs.

L’objectif du mini-projet est de reconcevoir la maquette de la fresque en tenant compte cette fois-ci des besoins des utilisateurs potentiels de cette fresque (par exemple : des chercheurs, jeunes et confirmés, appartenant ou non au laboratoire ; des étudiants souhaitant se lancer dans la recherche en informatique).

Figure 2 : Maquette initiale de la Fresque Inria.

 

OntoCompo : composition d’applications

Commanditaires : Philippe Renevier-Gonin, Christian Brel (I3S, Rainbow)

OntoCompo est un logiciel de composition d’applications développé dans l’équipe de recherche Rainbow. OntoCompo se base sur un modèle d’application reliant modèle de tâche, modèle de l’interface graphique et modèle de composant logiciel. Ce logiciel a déjà fait l’objet d’un test utilisateur qui a mis en exergue des éléments à corriger.

Le but de ce sujet porte sur les points suivants :

  • Faire une analyse de l’activité de composition d’application auprès de développeurs.
  • Proposer une refonte de l’interface graphique d’OntoCompo à partir des résultats du tests et de votre étude de l’activité.
  • Évaluer la nouvelle interface d’OntoCompo.

Comme point de départ, vous disposez des résultats de la thèse de Christian Brel : le modèle d’application, l’implémentation d’OntoCompo (et de d’applications « tests ») et des résultats des tests utilisateurs.

 

Interaction avec les écrans de diffusion

Commanditaire : Philippe Renevier-Gonin (I3S, Rainbow)

L‘équipe de recherche Modalis travaille sur la modélisation, la configuration et la génération d’écrans de diffusion à travers le projet YourCast. En collaboration étroite avec l’équipe Rainbow, Yourcast vise également la prise en compte de l’interaction lors de l’utilisation de ces écrans de diffusion. Il est nécessaire de définir différentes modalités d’interaction et d’en déterminer l’usage. Dans ce cadre, il existe trois types de publics : les membres du pôle GLC (4ième étage du bâtiment Templiers Ouest), les étudiants utilisant les bâtiments des Templiers (vous-mêmes donc) et, prochainement, les étudiants situés dans les bâtiments Lucioles, et les membres du laboratoire I3S situés aux Algorithmes, mais aussi les personnes de l’Institut Régional des Sourds et Aveugles de Marseille (IRSAM). Pour chaque cas, il est nécessaire de déterminer, d’améliorer et/ou d’inventer quelle(s) interaction(s) conviennent le mieux pour quel(s) usage(s).

Quatre types d’interactions existent actuellement (à un niveau plus ou moins avancé de conception) :

  • interaction tactile via un clavier ;
  • interaction gestuelle via une kinect ;
  • interaction vocale via un téléphone ;
  • interaction « magnétique » via un badge.

Les objectifs du projet sont de :

  • déterminer ce qui peut être interactif dans un écran de diffusion ;
  • travailler aux modalités d’interaction (possibilité de travailler avec des dispositifs « différents », comme Sphero) ;
  • déterminer s’il existe un lien entre le contenu de ce qui est diffusé et la modalité d’interaction ;
  • prendre en compte le handicap et proposer des interactions adaptées.

 

2| Sujets libres : Aide au quotidien

Exemples

  • Aide pour les personnes âgées « hospitalisées » au domicile pour faciliter la vie quotidienne (soins, alimentation, habillement, communication avec la famille)
  • Aide pour les jeunes collégiens (découverte de leur nouvel environnement scolaire…)
  • Aide pour les structures enseignantes qui souhaitent aider les jeunes en difficulté scolaire
  • Aide pour les jeunes non qualifiés en recherche d’emploi ou de formations
  • Aide pour les Sophipolitains
  • Aide pour les étudiants et enseignants de Polytech

Contraintes

  • Concevoir des IHM originales, répondant à des problématiques de collecticiel, de mobilité ou de services à tous.
  • Valider le sujet par les enseignants et l’adapter le cas échéant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *